Tout autour du Monde
  Retour aux actualités

Le Baobab

26 mai 2009

 

        
Le baobab est un arbre fascinant, chargé d’histoire, au cœur des cultures sahéliennes et aux multiples vertus. Ti-Bahou vous invite à découvrir ce fabuleux symbole de l’Afrique. Vous pouvez cultiver vos propres baobabs en pot : nous vous en proposons plusieurs formats.

 

 
 
 
 
Le Baobab est un arbre mythique et chargé d’histoire, symbole de paix, de non-violence et de longévité. Il est certainement l’arbre le plus célèbre d’Afrique et également le plus facilement reconnaissable : si vous croisez un baobab, vous ne pourrez l'ignorer !

 

En effet, le baobab n’est pas un arbre ordinaire, de par ses "mensurations" hors normes et la place qu’il occupe au cœur des cultures et croyances du Sahel. Le baobab est aussi appelé "l'arbre magique", "l'arbre pharmacien", "l'arbre de la vie", "l’arbre à palabres", "l’arbre à l’envers" ou encore "l'arbre sens dessus dessous".

 
 
 
L’arbre le plus utile du Sahel : ses 1001 bienfaits !

 

 
Il est considéré comme l’arbre le plus utile du Sahel : il est utilisé pour soigner, pour cuisiner ou encore confectionner des outils, des cordages.

Toutes les parties du baobab - racines, tronc, écorce, feuilles, pulpe, graines - sont utilisées à des fins thérapeutiques, nutritionnelles en raison de ses nombreuses vertus : traitement des problèmes digestifs ou encore anti-inflammatoire, notamment.

·         Les fruits du baobab sont une source importante de vitamine C (6 fois plus qu’une orange !), analgésiques, anti-diarrhéiques, anti-dysentériques et sont utilisés dans le traitement de la variole et de la rougeole.

·         Les feuilles, riches en fer et calcium, sont utilisées en compresses ou tisanes.  
Illustration : Baobab au pays dogon, au pied de la falaise de Bandiagara, Mali.(c) G.RUBY/Ti-Bahou. Reproduction même partielle interdite.

  • Les graines contiennent 15% d'une huile riche en acides gras essentiels qui est utilisée dans l'alimentation et en cosmétique. Cette huile est plus riche en protéines que celle d'arachide et elle soulage les douleurs provoquées par les brûlures.
  • Les coques des fruits sont utilisées comme assiettes, plateaux, pour fabriquer des bijoux. 
  •  En mélangeant le pollen des fleurs de baobab à de l'eau vous obtenez une glue puissante.
  • La partie interne de l'écorce contient une matière fibreuse utilisée pour la fabrication de cordage, cordes pour les instruments de musique, paniers, filets, fil de pêche, fibres pour tissus,… Les baobabs ont une capacité remarquable à se régénérer : les prélèvements d'écorce sont très rapidement cicatrisés et une nouvelle écorce se forme.
  • L'une des caractéristiques des très gros et très vieux baobabs est également le fait que le tronc du baobab a tendance à se creuser avec l'âge. Les populations locales y installent maison, bar, cellier, tombe d'un griot vénéré, église, salle de réunion… ! Au Zimbabwe, la cavité d'un baobab est utilisée comme salle d'attente pour les autobus et peut accueillir entre 30 et 40 personnes !

 

 


Un arbre chargé de symbole, au cœur de la culture sénégalaise


 

Surtout, le baobab possède une énorme valeur culturelle, sociale et symbolique.

 

On se rencontre, on écoute le griot à l’ombre du baobab : "l’arbre à palabres" est un lieu central dans la vie sociale du village.

Il est un des emblèmes du Sénégal, où il est souvent présent sur les documents administratifs, les logos de sociétés…

Gardien de la vérité, il est utilisé comme "détecteur de mensonges" : lorsqu’une de vos paroles est remise en doute, jurez sous le baobab !

Le baobab est également au cœur de rituels concernant la naissance ou la mort. Il existe des rituels autour du baobab pour faire venir la pluie ou encore pour qu’une femme qui n’arrive pas à avoir d’enfant tombe enceinte

De nombreuses légendes sont construites autour du baobab, souvent les mythes de  fondations de villages, de villes ou de royaumes, comme celle de Dakar.


Illustration : Baobab dans un village du pays dogon, Mali.
(c) G.RUBY/Ti-Bahou. Reproduction même partielle interdite.



Les caractéristiques du baobab : un arbre hors normes !

 


Le baobab est une plante rustique à croissance très lente.

Il peut vivre plusieurs centaines d’années, jusqu’à 1000 ans et parfois au-delà.

 

Il est généralement plus large que haut : certains baobabs atteignent 25m de hauteur, mais il est surtout connu pour sa circonférence exceptionnelle qui peut atteindre 30m !

 

Ses branches peuvent aller jusqu’à 20 m, et poussent horizontalement. La disposition de ces branches qui ressemblent à des racines donne lieu à une légende disant que le baobab, grâce à elles, tire sa force directement du ciel. C’est pour cela que le baobab est également appelé « arbre à l’envers ».

Il est doté de feuilles de grande taille, qui tombent pendant la saison la plus chaude. Ses fruits sont  appelés « pain de singe » et peuvent mesurer 45cm de long !



Illustration :
Repos et palabre à l'ombre du baobab, village de Ende, Pays Dogon, Mali.
(c) G.RUBY/Ti-Bahou. Reproduction même partielle interdite.

 

Le baobab a des fleurs blanches avec de belles anthères pourpres.

Le baobab est en outre très bien adapté aux conditions climatiques extrêmes des zones dans lesquelles il vit : arbre « succulent », il est capable d’emmagasiner suffisamment d’eau -jusqu’à 100 000 litres !- dans son tronc pour survivre à de longues périodes de sécheresse, ce qui permet à beaucoup de communautés sédentaires et de tribus nomades de survivre, même en étant loin de tout point d'eau. Les bushmen du Kalahari utilisent des tiges creuses jointes ensemble comme des pailles pour atteindre l'eau à l'intérieur du tronc qui constitue un véritable réservoir. Les populations de certaines régions sèches au Soudan, ont transformé certains baobabs en véritable puit sans pour autant qu'ils ne dépérissent. Cela leur permet en période de sécheresse de bénéficier d'une eau fraîche et pure qui aurait un agréable goût citronné.



Le baobab : un arbre à protéger!

On assiste aujourd’hui à une dégradation importante des forêts de baobabs en Afrique de l’Ouest, en l’absence de régénération naturelle en raison notamment d’un défrichement trop important.

En effet, les jeunes plants de baobab sont rares dès que la végétation arbustive basse de type acacia est absente.

De plus, dans la plupart des cas, l’utilisation intensive des baobabs n’est pas liée à une culture mais à une exploitation des ressources forestières naturelles.

Aussi, des programmes de protection, de culture sont en train d’être développés, notamment au Mali. Au Sénégal, un programme national d'éducation à l'environnement autour du baobab intitulé "Baobécole" a pour but d'informer et sensibiliser les enfants sur cette problématique.




Mettre un baobab dans votre salon à l’occasion de la naissance de bébé
 



Vous trouverez sur Ti-Bahou des baobabs en sommeil végétatif, développés par la société Végétaux d’Ailleurs, basée au Sénégal. Ces « kits baobab prêt à planter » sont destinés à l’intérieur.  Ils resteront petits, ne vous inquiétez pas, votre salon ne sera pas menacé par d’énormes arbres comme la planète du Petit Prince !
 
Ils constituent un cadeau de naissance original, à forte portée symbolique ! En plantant ce symbole de longévité, d’harmonie et de mélange des cultures, vous ferez un superbe cadeau de bienvenue à votre enfant !

Le baobab est une plante d’intérieur, en Europe, qui demande peu de soins. 

 
En savoir plus

Le site de l'INECOBA pour la protection et la sauvegarde des baobabs dans les DOM, les TOM et au Sénégal.

 
Vous pourrez y trouver le kit Baobecole, programme d'éducation à l'environnement et d'éveil scientifique à destination des élèves dès la Moyenne et Grande section de maternelle sur la découverte de l'Afrique et des baobabs.
 
 
 
Sélection de livres pour enfants : les coups de coeur de Ti-Bahou 
 
Baobonbonde Satomi Ichikawa
  

L’Ecole des Loisirs, Septembre 2001, album illustré

 
 

Paa vit dans un village en Afrique. La mission de Paa, c’est d’aller au marché pour vendre des bananes, gagner de l’argent afin d’acheter du sel, de l’huile, du café, du savon et des allumettes pour Maman. Il adore ça! Pourtant la route est longue et il fait très très chaud. L’aventure commence quand Paa entend qu’on lui parle. Mais qui peut bien lui parler... à part ce gros baobab ?  A partir de 5 ans.

 
 
Un album superbement illustré, un très beau récit. Un véritable coup de cœur !

 

 Tout au bout de la forêt, petit Bono doit sauver sa maman, Florence GUIRAUD   
Casterman, Octobre 2004
 
Ce coffret comprend :
 un album qui raconte les pérégrinations de Petit Bono, un petit singe qui, pour sauver sa mère malade, part à la recherche d’une plante médicinale dans la forêt africaine;
 un dépliant « panorama des paysages africains », de la jungle à la savane, avec des petits volets sous lesquels se trouvent des illustrations légendées. Au verso de ce panorama, des illustrations documentaires répertorient tous les animaux de la jungle. 
 
 
Un bel album, aux illustrations superbes, qui permet de découvrir la diversité de la faune et la flore africaines.